SULLY 2015.  LES DUCS DE MAGENTA

PHILIPPE DE MAC-MAHON 15 Mai 1938 + 24 Janvier 2002, 4è DUC DE MAGENTA,
PHILIPPE DE MAC-MAHON 15 Mai 1938 + 24 Janvier 2002, 4è DUC DE MAGENTA,
De g. à dte : PELAGIE 1990, 25 ans. MAURICE 1992, 23 ans, 5è DUC DE MAGENTA. LEUR MAMAN  AMELIE 1963, 52 ans, 4è DUCHESSE DE MAGENTA. 25 + 23 + 52 = 100.
De g. à dte : PELAGIE 1990, 25 ans. MAURICE 1992, 23 ans, 5è DUC DE MAGENTA. LEUR MAMAN AMELIE 1963, 52 ans, 4è DUCHESSE DE MAGENTA. 25 + 23 + 52 = 100.

SULLY EN BOURGOGNE AOÛT 2015. WEEK-END DU SIECLE chez LES DUCS DE MAGENTA   Ce 21 Août 2015 débuteront les festivités du "Siècle" : les 52 ans d'Amélie, 4è Duchesse de Magenta, plus les 25 ans de Pélagie, plus les 23 ans de Maurice, 5è Duc de Magenta.                                                                   Les photos qui suivent sont l'oeuvre de mon regretté ami Philippe, 4è Duc de Magenta. C'est son Château vu par ses yeux, qui se sont fermés trop tôt pour toujours, le 24 Janvier 2002.                                                                                  Né le 15 Mai 1938 à Paris Philippe était mon cadet de deux journées et nous aimions fêter nos anniversaires ensemble .                                                             " SULLY est un château à aimer en toute saison. Depuis la floraison des jonquilles, l'arrivée de la première hirondelle, jusqu'à la cueillette des raisins à l'automne "

VISIONNAIRE, EN 1967 PHILIPPE AGRANDIT SES VIGNOBLES EN ACTIVITE DEPUIS LE XVIIIè s. ET FIT L'ACQUISITION DE L'ABBAYE DE MORGEOT à CHASSAGNE MONTRACHET. A SA MORT EN 2002,SA VEUVE, AMELIE, 4è DUCHESSE DE MAGENTA, RELEVE LE DEFI, DEVIENT MAÎTRE DE CHAIS.
VISIONNAIRE, EN 1967 PHILIPPE AGRANDIT SES VIGNOBLES EN ACTIVITE DEPUIS LE XVIIIè s. ET FIT L'ACQUISITION DE L'ABBAYE DE MORGEOT à CHASSAGNE MONTRACHET. A SA MORT EN 2002,SA VEUVE, AMELIE, 4è DUCHESSE DE MAGENTA, RELEVE LE DEFI, DEVIENT MAÎTRE DE CHAIS.

IL Y A 37 ANS, EN 1978, SOUVENIRS, SOUVENIRS.                                        LES HÔTES MEMORABLES DE PHILIPPE en son Château. Bien sûr, on se souvient des visites de la Famille royale de Grande-Bretagne, notamment de Sa Majesté Queen Mum mais la visite qui m'a le plus marquée était celle de Leurs Majestés l'Empereur Bokassa 1er et l'Impératrice Catherine qui n'arrêtait pas de couvrir Philippe d'un inoubliable regard.                                     Ces photos et la revue de presse de cette époque nous évoquent la fragilité du Pouvoir, la vanité de la Politique et des Choses humaines.                                                                                                                                                               Un autre souvenir tragi-comique : une chasse comme on en faisait en ces temps lointains en Centrafrique, avec l'inconscience et l'insouciance de notre jeunesse. Un de nos chers amis imprudent,  tourna le dos à un buffle croyant l'avoir achevé. L'animal le chargea, le projeta en l'air avec ses cornes, et le piétina une fois qu'il est retombé, sous nos yeux horrifiés. Tire donc, je t'en supplie, je vais mourir, pour l'Amour de Dieu ! tire donc cria notre ami au jeune capitaine Bokassa tout près de lui et l'autre lui envoya une décharge dans les fesses (heureusement !) croyant que son copain le supplia de l'achever car dans sa tête il valait mieux mourir tout de suite qu'agoniser des jours et des jours en pleine brousse. Moi j'ai couru aussi vite que j'ai pu et j'ai visé la bête. Tuée sur le coup, et notre ami, bien que blessé grièvement put survivre grâce à mon hélico et la radio... lui qui jurait ses grands Dieux qu'il ne montera jamais dans un zinc piloté par une Nana. Quinze ans plus tard, avec le Président Giscard d' Estaing les chasses étaient bien mieux encadrées, il y avait des guides de chasse professionnels, on ne tirait qu'avec leur aval.                                                                                                                                                                                                                                                         Un autre souvenir encore : "Catherine était venue me voir en prison et m'avouait que Chirac lui a demandé d'être sa maîtresse" confiait l'ex-Empereur. "Alors je lui ai dit de faire son devoir et d'y aller car Chirac est un Vrai et Grand Gaulliste". Croyant faire une confidence IL ne réalisait pas que la caméra continuait de tourner. Dans une autre interview "Sa ex-Majesté" criait au monde : "Giscard m' a piqué Catherine". Si elle lui faisait les mêmes yeux doux qu'à Philippe...alors !!                                                                                                                                                                                                          Philippe, lui, m'avouait qu'il courait plus vite que les gentes dames qui le coursaient. Mais parfois il savait aussi s'arrêter pour reprendre son souffle et des forces.

AH ! PHILIPPE, CE REGARD DE L'IMPERATRICE.
AH ! PHILIPPE, CE REGARD DE L'IMPERATRICE.
OUTRE LES BARBOUZES PLANQUES DANS CHAQUE BOSQUET DU PARC, ON VOYAIT MOTARDS, GENDARMES, POLICIERS EN TENUE DES GRANDS JOURS...
OUTRE LES BARBOUZES PLANQUES DANS CHAQUE BOSQUET DU PARC, ON VOYAIT MOTARDS, GENDARMES, POLICIERS EN TENUE DES GRANDS JOURS...




DANS LES VIGNES DU SEIGNEUR ....TOUJOURS LE REGARD DE L'IMPERATRICE CATHERINE....
DANS LES VIGNES DU SEIGNEUR ....TOUJOURS LE REGARD DE L'IMPERATRICE CATHERINE....
 L'EMPEREUR SERMONNE CATHERINE, LUI ORDONNE DE NE PLUS REGARDER PHILIPPE ET FAIT PLACER CLAIRE à CÔTE DE PHILIPPE. L'IMPERATRICE BOUDE TOUT LE RESTE DU TEMPS ET JETTE DES REGARDS FURAX à SA MAJESTE.(photo du bas à gauche)
L'EMPEREUR SERMONNE CATHERINE, LUI ORDONNE DE NE PLUS REGARDER PHILIPPE ET FAIT PLACER CLAIRE à CÔTE DE PHILIPPE. L'IMPERATRICE BOUDE TOUT LE RESTE DU TEMPS ET JETTE DES REGARDS FURAX à SA MAJESTE.(photo du bas à gauche)

C'ETAIT CE VIN QUI A ETE SERVI à LL.MM.II  BOKASSA Ier et CATHERINE.
C'ETAIT CE VIN QUI A ETE SERVI à LL.MM.II BOKASSA Ier et CATHERINE.

PHILIPPE ET SA JEUNE EPOUSE CLAIRE, ACCUEILLIS en CENTRAFRIQUE AVEC TOUS LES HONNEURS DUS à UN CHEF D'ETAT.
PHILIPPE ET SA JEUNE EPOUSE CLAIRE, ACCUEILLIS en CENTRAFRIQUE AVEC TOUS LES HONNEURS DUS à UN CHEF D'ETAT.
DISCOURS, TOASTS CHAQUE JOUR.
DISCOURS, TOASTS CHAQUE JOUR.
FESTIVITES. DANSES. CHANTS....PHILIPPE ADORE.....
FESTIVITES. DANSES. CHANTS....PHILIPPE ADORE.....
PHILIPPE ET SON NOUVEL APPAREIL PHOTO.
PHILIPPE ET SON NOUVEL APPAREIL PHOTO.
SIGNATURE DU LIVRE D'OR. ...A L'ECOLE DES ROCHES PHILIPPE ETAIT DISLEXIQUE ET à CETTE EPOQUE ON NE SAVAIT PAS CE QUE C'ETAIT. PHILIPPE FAISAIT DES EFFORTS POUR ECRIRE.
SIGNATURE DU LIVRE D'OR. ...A L'ECOLE DES ROCHES PHILIPPE ETAIT DISLEXIQUE ET à CETTE EPOQUE ON NE SAVAIT PAS CE QUE C'ETAIT. PHILIPPE FAISAIT DES EFFORTS POUR ECRIRE.

PARTOUT, LIVRE D'OR, RECEPTIONS OFFICIELLES COLOREES.....PHILIPPE NE S'EN LASSAIT JAMAIS..
PARTOUT, LIVRE D'OR, RECEPTIONS OFFICIELLES COLOREES.....PHILIPPE NE S'EN LASSAIT JAMAIS..
PHILIPPE ET CLAIRE QUI ATTENDAIT LEUR PREMIER ENFANT. PREVU POUR 8 JOURS, ILS ETAIENT RESTES UN MOIS à BANGUI.
PHILIPPE ET CLAIRE QUI ATTENDAIT LEUR PREMIER ENFANT. PREVU POUR 8 JOURS, ILS ETAIENT RESTES UN MOIS à BANGUI.
PHOTOCOPIE DU TELEGRAMME à S.M.I BOKASSA.
PHOTOCOPIE DU TELEGRAMME à S.M.I BOKASSA.
11 FEVRIER 1969. GARE DE BRY SUR MARNE. LE GENERAL DE GAULLE  ACCUEILLE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE BOKASSA QUI N'ARRÊTAIT PAS DE L'APPELER PAPA.
11 FEVRIER 1969. GARE DE BRY SUR MARNE. LE GENERAL DE GAULLE ACCUEILLE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE BOKASSA QUI N'ARRÊTAIT PAS DE L'APPELER PAPA.
ELYSEE. -- LE GENERAL DE GAULLE : " MONSIEUR LE PRESIDENT JE PREFERE QUE VOUS M'APPELIEZ GENERAL AU LIEU DE PAPA ". --   BOKASSA : " BIEN, PèRE " !!
ELYSEE. -- LE GENERAL DE GAULLE : " MONSIEUR LE PRESIDENT JE PREFERE QUE VOUS M'APPELIEZ GENERAL AU LIEU DE PAPA ". -- BOKASSA : " BIEN, PèRE " !!
LES PRESIDENTS GISCARD D'ESTAING ET BOKASSA SAPéS ET RASéS DE "FRAIS".
LES PRESIDENTS GISCARD D'ESTAING ET BOKASSA SAPéS ET RASéS DE "FRAIS".
LE PRESIDENT GISCARD D'ESTAING RACCOMPAGNE L'EMPEREUR BOKASSA.
LE PRESIDENT GISCARD D'ESTAING RACCOMPAGNE L'EMPEREUR BOKASSA.
De g. à dte. Mme AMET, SON EPOUX LE PREFET DE SAÔNE ET LOIRE, PHILIPPE, CLAIRE SA 1ère EPOUSE, L'EMPEREUR BOKASSA, L'IMPERATRICE CATHERINE.  Photo avant l'arrivée des officiels.
De g. à dte. Mme AMET, SON EPOUX LE PREFET DE SAÔNE ET LOIRE, PHILIPPE, CLAIRE SA 1ère EPOUSE, L'EMPEREUR BOKASSA, L'IMPERATRICE CATHERINE. Photo avant l'arrivée des officiels.

Le 1er Décembre 2010, à l'occasion de la fête nationale et du cinquantenaire de la proclamation de l'indépendance de la République centrafricaine, le président François BOZIZE a "réhabilité dans tous ses droits" l'ex-empereur BOKASSA Ier, décédé en 1996 d'une crise cardiaque et inhumé dans son ancien palais de Berengo dévasté.

Après tant de faste et tant de richesses, à sa sortie de prison en 1993 (il a été amnistié par le président André KOLINGBA), BOKASSA 1er n'avait plus pour survivre que sa pension d'ancien capitaine de l'armée française.

 

Lire aussi  La Dame de Trignac et le SDECE          cliquer

 

On sait aujourd'hui l'implication de la "Françafrique" (cette "satanique nébuleuse") et des services secrets français dans sa chute. N'OUBLIE JAMAIS QUI T'A FAIT ROI.

On sait aussi que Catherine BOKASSA était au courant de tout et avait en quelque sorte participé à la chute de son mari, l'Empereur. Officiellement invitée par Valéry Giscard d'Estaing à la conférence de Kigali, il lui avait fait comprendre qu'il avait besoin d'elle pour que tout se passe le mieux possible. En échange il s'engageait à lui faire obtenir un certain nombre de privilèges et d'avantages. Un mois avant la date fatidique Catherine avait quitté la Centrafrique pour le Château d'Hardricourt avec des malles remplies de bijoux précieux, d'or et de diamants, un véritable trésor de guerre.

 

En Janvier 1979, des manifestations de lycéens eurent lieu pour une histoire d'uniformes. Le SDECE en profita pour envoyer des casseurs tuer les policiers non armés. La répression fut violente à l'encontre des lycéens et Bokassa dut limoger de nombreux policiers. Mais voilà, le processus de déstabilisation fut bien entamé. Suivirent des histoires épouvantables et invraisemblables relayées par une presse à sensation.

Alors que BOKASSA 1er se trouve en Lybie le SDECE, future DGSE, lance dans la nuit du 20 Septembre 1979 l'Opération CABAN (Centre Afrique - Bangui). Un commando infiltré du Service Action accueille le Transall du 1er RPIMa sous les ordres du colonel BRIANçON-ROUGE à l'aéroport de Bangui- Mpoko. Une fois l'aéroport neutralisé, le colonel Bernard DEGENNE basé à D'Jaména, capitale du Tchad, y dépêche ses "BARRACUDAS", nom de code des 4 hélicoptères Puma + 4 Transall. La prise de Bangui peut débuter. Le lendemain vers minuit et demi David DACKO annonce officiellement la chute de l'Empire africain et proclame la République.

Le 10 Octobre 1979 le Canard Enchainé révèle l'affaire des diamants ce qui contribuera à la défaite de Valéry Giscard d'Estaing en 1981. Petit échange de bons procédés entre "amis et compagnons de chasse".

Réfugié d'abord à Abidjan en Côte d'Ivoire pendant 4 ans puis en France, assigné à résidence dans son Château d'Hardricourt dans les Yvelines, BOKASSA Ier retourne finalement à Bangui en 1986 pour affronter ses juges. Il sera arrêté et jugé pour trahison, meurtre, cannibalisme et détournements de fonds. Une justice politichienne bien rodée à l'exemple de nos "démocraties occidentales". La peine de mort est confirmée pour toutes les charges à l'exception de cannibalisme. Commuée en prison à vie en 1988, puis en 10 ans de réclusion.....

 

Qu'est devenue la Catherine dans tout cela. Avec le soutien inconditionnel de Marie-Thérèse HOUPHOUËT-BOIGNY elle a élevé ses 7 enfants, tous installés à Genève. Depuis la mort du président OMAR BONGO OMDIBA, le Palais du Bord de mer ne répond plus : la pompe à finance c'est fini. Elle est rentrée à Bangui où sa maison, occupée par l'Armée Française a été réhabilitée par cette dernière. Elle s'adonne à la culture des fleurs et possède une plantation de 15 ha de manioc qu'elle vend aux particuliers. Son ambition est de créer une Fondation Catherine Bokassa. Mais voilà, un escroc se réclamant "coordinateur de la Fondation Impératrice Catherine Bokassa" s'était chargé de lever des fonds à sa place avec papier à en-tête, cachet officiel et N° de compte en banque...Il a même sollicité la présidente Monique BOZIZE. Il court toujours...

 

A la mort de l'ex-empereur le 3 Novembre 1996 une longue procédure judiciaire de 14 ans est poursuivie par l'administrateur judiciaire pour retrouver tous ses héritiers soit 54 enfants dont 37 identifiés, qu'il a eus de ses 18 épouses.

Le fleuron de ses châteaux en Ile de France, le Château d'Hardricourt a été vendu aux enchères le 12 Janvier 2011 par le TGI DE Versailles pour la somme de 915.000 euros. somme destinée à régler les arriérés fiscaux. Admirablement restauré il est ouvert cette année au public et sert de cadre aux réceptions et mariages. 

2015. LE CHÂTEAU D'HARDRICOURT DANS LES YVELINES, ADMIRABLEMENT RESTAURE.
2015. LE CHÂTEAU D'HARDRICOURT DANS LES YVELINES, ADMIRABLEMENT RESTAURE.
L'EMPEREUR BOKASSA Ier EN SON CHÂTEAU D'HARDRICOURT.
L'EMPEREUR BOKASSA Ier EN SON CHÂTEAU D'HARDRICOURT.
INHUME SUR SES TERRES DE BERENGO, VEILLE PAR SA GIGANTESQUE STATUE. IL ME PLAIT DE PENSER QUE SON ÂME SE TOURNE VERS SULLY DE TEMPS à AUTRE, VERS SULLY ET SON VRAI AMI, PHILIPPE DE MAC MAHON, 4è DUC DE MAGENTA.
INHUME SUR SES TERRES DE BERENGO, VEILLE PAR SA GIGANTESQUE STATUE. IL ME PLAIT DE PENSER QUE SON ÂME SE TOURNE VERS SULLY DE TEMPS à AUTRE, VERS SULLY ET SON VRAI AMI, PHILIPPE DE MAC MAHON, 4è DUC DE MAGENTA.

              SULLY 37 ANS APRES. ANNEE 2015

29 DECEMBRE 2008. PELAGIE 18 ANS, WALDORF ASTORIA, NEW-YORK. ENTRE SA TANTE LADY CHARLOTTE DRUMMOND OF MEGGINCH (à gauche) ET SA MAMAN LA DUCHESSE DE MAGENTA. 54 è ANNIVERSAIRE DU BAL INTERNATIONAL DES DEBUTANTES
29 DECEMBRE 2008. PELAGIE 18 ANS, WALDORF ASTORIA, NEW-YORK. ENTRE SA TANTE LADY CHARLOTTE DRUMMOND OF MEGGINCH (à gauche) ET SA MAMAN LA DUCHESSE DE MAGENTA. 54 è ANNIVERSAIRE DU BAL INTERNATIONAL DES DEBUTANTES
2008. WALDORF ASTORIA N.Y. 54è ANNIVERSAIRE DU BAL INTERNATIONAL DES DEBS. PELAGIE, DEBOUT 4è à partir de la droite;
2008. WALDORF ASTORIA N.Y. 54è ANNIVERSAIRE DU BAL INTERNATIONAL DES DEBS. PELAGIE, DEBOUT 4è à partir de la droite;
LA COUR INTERIEURE.
LA COUR INTERIEURE.
CHEZ MAGUY MIAM-MIAM
CHEZ MAGUY MIAM-MIAM
ABBAYE DE MORGEOT, à CHASSAGNE MONTRACHET.
ABBAYE DE MORGEOT, à CHASSAGNE MONTRACHET.

NOUS VOILA RASSURES : IL YA DU VIN, UN TROUPEAU D'OIES ET DE CHAROLAISES. LE PIANO DE LA GRANDE CUISINE EST OPERATIONNEL. DONC VENDREDI 21 AOÛT à SULLY. ALLÔ AMELIE, ALLÔ CHARLOTTE, ON SERA PLUS DE 500 ? -- O.K J'ARRIVE ! Où PUIS-JE POSER L'HELICO ?        AH ! C'EST LA QUE PIERRE D'ARENBERG A ATTERRI ? POURQUOI PAS DERRIERE LE CHÂTEAU C'EST PLUS FACILE POUR MOI, VOUS COMPRENEZ, à PRESQUE 80 BERGES MES YEUX SONT UN PEU FAIBLES. -- NON ! NON ! ON RISQUE DE STRESSER LES CHAROLAISES ET LEUR LAIT SERA AIGRE POUR LE BRUNCH DE SAMEDI ET DIMANCHE.

CE TI' BEN' LE ROND POUR L' ELICO DE MON DUC ET PRINCE D'ARENBERG ? JE VOIS' TI' POINT LE H ! ! ! POUR HATTERRIR.
CE TI' BEN' LE ROND POUR L' ELICO DE MON DUC ET PRINCE D'ARENBERG ? JE VOIS' TI' POINT LE H ! ! ! POUR HATTERRIR.
POURVU QUE LES PARIGOTS NE SE TROMPENT POINT DE BÊTE QUAND ILS VONT TIRER LE LAIT POUR LE BRUNCH.
POURVU QUE LES PARIGOTS NE SE TROMPENT POINT DE BÊTE QUAND ILS VONT TIRER LE LAIT POUR LE BRUNCH.

 

Lire aussi Page  Les Amis       cliquer                                                                                                                    Lire  SULLY 2015 Suite             cliquer